Random Post: Un village... LUI !
RSS .92| RSS 2.0| ATOM 0.3
  • Home
  • A propos de l’auteur !
  • Press, commentaires des lecteurs.
  •  

    HIMALAYA, LA NUBRA

    la nubra valleyLa bise  portait dans le vent la voix du mystère qui scandait ses vocalises dans la poussière du froid.

    Il devait être tôt, assez pour que la glace se taise sous le couloir neigeux.

    Il devait être tard, bien après que le rêve ait cessé pour se lover dans la réalité.

    Il était cet instant où les mots se taisent, où le regard se voudrait d’éternité, où le mystère s’ouvre enfin. Juste une illusion, avant de le mener vers un autre plus infini que lui .

    Il était cet instant où surgissait du mur de l’Himalaya une vallée de désert, profonde et silencieuse. Seul le vent racontait son histoire dans une sécheresse qui craquait les lèvres engourdies.

    Il racontait des rires chatoyants derrières les gouttelettes du torrent qui lavait le tapis d’un enfant.

    Il racontait des yeux limpides et noirs au bord de joues cuivrées, rougies par des matins de gel.

    Il racontait deux mains qui se réchauffent  en s’enroulant sur un bol tendu comme une offrande.

    Le toit du monde s’était paré de la lumière des justes, il gardait enfoui dans les replis de ses sommets, les pierres invisibles de ses prières.

    Marcher était devenu autre, comme un pas qui s’ignore pour réclamer la vie. Marcher vers ceux qui gardent la magie des interrogations subtiles, sans leurs demander raison. Marcher vers ceux que les jours exaltés d’étincelles courbent sur une terre trop dure.

    Ils étaient dix, puis vingt, puis trente, autant que leurs ânes chargés de vivres qu’ils guidaient vers un sommet sans nom. Ils étaient joie, curiosité, surprise.

    Ils étaient une rencontre, la seule, l’unique, celle qui se taie pour qu’ils existent toujours, loin de nos compréhensions.

    Leave a Reply