Random Post: NIHA
RSS .92| RSS 2.0| ATOM 0.3
  • Home
  • A propos de l’auteur !
  • Press, commentaires des lecteurs.
  •  

    la sagesse pour déjouer la spirale de la haine.

    photo australieQui n’a jamais subi son impact afin d’éloigner la souffrance ? La haine ne peut s’ignorer puisqu’elle demeure un moteur puissant afin de se débarrasser dans l’instant de douleurs trop intenses. La répétition d’angoisses, liées à l’incapacité de sortir d’une situation pesante, mène le plus souvent à la haine comme issue de secours temporaire.

    Qui ne l’a pas connue ne peut être tout à fait honnête ou sans doute a-t-il eu la chance de parcourir sa vie sans trop d’épreuves.

    Reste que le choix, comme l’ont prouvé Martin Luther King, Gandhi et d’autres, de s’orienter vers la non-violence pour résoudre les conséquences d’un fonctionnement de société devenu intolérable, est possible et sage.

    Mais ces hommes aujourd’hui sont-ils capables d’exister ? Peut-il émerger de l’Occident un être qui réunirait les plus pauvres, les plus démunis, pour les canaliser et leur donner la force de croire en un avenir meilleur, gagné dans le calme et la non-violence ?

    Ces hommes sont nés avant tout dans un monde spirituel, ils étaient eux-mêmes imprégnés par lui, voire par une religion précise. Le recours à la haine est probablement incontournable dans le cas du néant quant aux questions existentielles.

    L’être humain trouve difficilement un chemin sans violence si il n’existe aucune forme de sécurité quant aux réponses sur la vie et la mort. Celles qui donnent la confiance en demain. Oui, le  « rien devant soit », quand le présent est trop éprouvant, dénué de « beautés » et de spirituel,  aboutit inévitablement à la violence .

    La France n’est-il pas un des rares pays à avoir perdu dans le même temps sa raison sociale d’exister et sa spiritualité ? Elle s’est mise dangereusement en insécurité et la haine monte sans qu’il surgisse quelque part un palliatif. Une insécurité liée à la non-réponse aux questions et aux épreuves qui s’imposent à elle. La mort n’a plus de sens quand elle est synonyme de négation de tout, par répercussion la vie non plus, à plus forte raison si la confiance d’avoir de quoi se nourrir demain disparaît.

    Quel est cet orgueil qui lui a laissé croire qu’elle allait trouver la  » sagesse  » et la paix dans la laïcité, voire l’athéisme, et la démocratie ?

    L’Art, par le passé, générait le rêve profond, le beau qui équilibre la laideur, il a disparu dans « l’objet » ne lui donnant aucune âme. Que reste-t-il alors pour lutter contre l’angoisse démesurée d’un avenir plus qu’incertain, et vide de sens, sans que « le mal », qui fait partie de l’être humain, surgisse dans toute son horreur ?

    Il aurait pu y avoir la philosophie, mais elle a bel et bien quitté le cœur de notre société. Et quand on fait appel à elle , elle s’est pervertie d’intellectualisme appris, quand elle reste depuis toujours un état d’être avant tout.

    « Un Sage »  n’existera pas, ou si il existe il sera lunché, car trop peu serait prêt à l’entendre.L’être humain n’est pas encore assez évolué pour savoir équilibrer ses forces entre le bien et le mal, sans passer par des réponses spirituelles.

    Le constat fait du recours à la haine, comme moyen de transcender la souffrance, devrait montrer l’urgence de se tourner vers ces trois concepts, mais n’est ce pas déjà trop tard ?

    Monte alors la bonne vieille lutte, primaire, irréfléchie, meurtrière, des extrêmes qui s’affirment et s’affrontent, plus du tout des humains, juste des loups, voire pire que des loups, prêts à se dévorer entre eux, sans pitié, ne se reconnaissant plus  frères au regard de la vie.

    2 Responses to “la sagesse pour déjouer la spirale de la haine.”

    1. Cet article touche au sublime en matière de synthèse du malaise.

    2. kate dit :

      Merci a vous et désolé de la faire si tard ayant eu entre temps des soucis technique entre eordinateur et hebergeur. Votre commentaire me touche beaucoup et il m’importe ce matin où je replonge dans ce blog qui ne sait plus toujours sa raison d’être. A bientot de vous lire Kate

    Leave a Reply