Random Post: ...SUITE 2
RSS .92| RSS 2.0| ATOM 0.3
  • Home
  • A propos de l’auteur !
  • Press, commentaires des lecteurs.
  •  

    CONTE et POESIE

    Photo de Florence.Les contes traversent l’Histoire entre frayeurs et douceurs, celles dont l’enfant à besoin pour se construire. Ils diffèrent d’une culture à l’autre, d’un pays à l’autre, au gré des années,  mais ils n’ont jamais quitté la mémoire collective. La grand-mère, le grand-père, au coin du feu, ne sont pas une légende, c’est eux qui racontaient à l’enfant ces mots, ces phrases, qui remplissaient sa soif d’émotion et de savoir. Parce que l’enfant a besoin de rester sur le fil de l’existence entre rêves et réalités avant de plonger dans le concret, armé des nuances que lui auront donné les contes. Le besoin de se reconnaître entre nous est fait pour une part de cette mémoire qui  doit se remplir des mêmes histoires pour tous.

    La poésie, elle, n’est pas toujours celle que l’on croit, et que les enfants ne savent plus lire ou comprendre. Il est aussi poésie, le rythme des mots qui s’enchaînent pour que la musicalité de la voix qui les récite, berce sa sensibilité qui grandit. L’enfant ne la reçoit pas avec obligation de la comprendre. Avant tout, son écoute est pleine et suffisante, dès sa naissance, avant de voir le jour où la compréhension le surprendra, sans même qu’il l’ait voulu.

    Il est un devoir de garder cette musique qui naît des poèmes, des récits, qui se veulent articulés entre beauté des mots et beauté des liaisons qui ne heurtent pas son oreille sensible, et développent sa capacité à emmagasiner toute une panoplie d’harmoniques. De cette capacité naitra son désir de s’en nourrir adulte, et de perpétuer à son tour ce savoir.

    Longtemps, point n’était question d’enfants défavorisés, tous avaient encore en commun ce savoir simple que les parents et l’école leurs transmettaient. Aux Philippines, les enfants connaissent tous le chant et le son de la guitare, pourtant l’école ou le confort d’une maison leurs sont souvent étranger.

    Alors ne nous enlisons plus dans les fausses excuses, éloignons nous de ces récits qui se mettent au parfum d’un langage qu’ils adoptent, faute de leur avoir proposé autre chose.

    Que les poèmes se réapprennent par coeur, ceux que les parents pourront aimer en même temps qu’eux . Ceux qui ont gardé le rêve et la musique de leurs phrases , loin de la violence d’un son qui heurte. Ceux qui sont notre transmission culturelle au travers des générations.

    2 Responses to “CONTE et POESIE”

    1. Je découvre… Et c’est une grande joie !
      Amicalement,

      Gilles

    2. sofette dit :

      La transmission aux générations futures … ouah !!! Quel sens pour nous !!!

    Leave a Reply