Random Post: RENCONTRE : KATE
RSS .92| RSS 2.0| ATOM 0.3
  • Home
  • A propos de l’auteur !
  • Press, commentaires des lecteurs.
  •  

    Le respect s’affirme, la vérité se cherche

    mausolée d'Ho Chi Minh

    mausolée d'Ho Chi Minh

    En dehors de toutes acceptations des évènements de l’histoire et de tout jugement, il me souvient !

    Il me souvient le parfum de la fleur blanche et délicate du pluméria, il envahit l’air qui flotte au dessus des mots .

    Il me souvient la magie du lotus qui chante entre les rizières gorgées d’eau .

    Il me souvient ce matin de chaleur moite à quelques petits kilomètres d’Hanoï , ville grouillante et fascinante .

    Il me souvient cette place silencieuse, impressionnante de rigueur, place froide, rectiligne, assommée de chaleur, de silence, sous les regards fermés de milliers d’âmes : le Mausolée d’Ho Chi Minh s’impose !

    Un seul bruit martelait le trait rectiligne sur le sol : dois-je ou non faire partie de cette colonne parfaite qui marche ensemble vers un seul homme, le leur, leur père ? Que penser, que croire, d’un combat qui a traduit ses maux maintes fois, sans qu’il ne soit possible de tout connaître, de tout comprendre ?

    Et le pas d’avancer pour une rencontre inhabituelle qui se fait attendre, et attendre, et attendre encore. Les pensées envahissent l’espace, elles se remplissent des lectures de l’histoire, des images terribles, et des interrogations. Soudain ils sont là, ils sont tous là, tous ceux qui marchent en rang, leur respiration perceptible comme un fleuve infini d’espoirs et de souffrances. Ils sont là, avant et après, livrant à nu leurs désirs tournés vers ce Père de leur racines bafouées.

    Et je les entends : des centaines de sons assourdissants, plus puissants de rester muets.

    Ils me parlent sans un mot, quand je comprends dans un élan tout entier  leurs soupirs et leurs joies. La ferveur pour un homme, la fierté qui lui fait revêtir les couleurs de la vie quand sa mort est déjà si longue. Et la marche s’installe sans plus de gêne car elle est devenue communion. Etranger à leur cause mais au diapason de leurs larmes, étranger à leur motivation mais imprégner de nos ancêtres qui un jour se sont fourvoyer par soucis de domination. Imprégné de ce respect d’un peuple pour un homme qui fut aussi des pires .

    Alors tout  jugement tombe .

    Mais la foule restitue le danger des cœurs qui battent à l’unisson, IDEAL : en existe-t-il un seul qui motive à ce point d’encenser l’horreur et pourtant :

    Quand nous appartient-il d’affirmer des vérités ? Quand pouvons-nous savoir si un père est dans l’erreur, quand ce père obtient la liberté d’un peuple qui se devait de redresser la tête pour vivre sa vie, ses choix et sa culture ?

    Churchill n’a jamais hésité, quand l’Angleterre résistait contre l’Allemagne nazie, il adoptait la devise  « la fin justifie les moyens ».

    Jamais réponse ne sera donnée, mais tourner autour d’un mausolée, quel qu’il soit, ne doit pas se faire si le rire résonne dans le silence des pieds qui portent la lourdeur de l’histoire .

    2 Responses to “Le respect s’affirme, la vérité se cherche”

    1. Sofette dit :

      Quels ecrits ! que de choses dites à travers ces lignes … que d’images pour traduire autant de souffrance personnelle !!!

    2. kate dit :

      merci Sophette qui enfin effleure mes mots !

    Leave a Reply