Random Post: RENCONTRE : KATE
RSS .92| RSS 2.0| ATOM 0.3
  • Home
  • A propos de l’auteur !
  • Press, commentaires des lecteurs.
  •  

    MONSIEUR, MESDAMES

    Chut écoutez Redardez

    Chut écoutez Redardez

    Sujet complexe s’il en est, mais qui finalement passionne les uns, les autres, fait souffrir les uns, les autres, et n’a jamais été aussi crucial que dans nos sociétés qui partent à la dérive,d’une non compréhension, voire d’une négation,  de nos différences essentielles.

    Oserais je dire, de but en blanc, au risque de faire maugréer Mesdames : réveillez vous, quittez le féminisme qui a eu, certes, ses effets nécessaires et bénéfiques, mais qui est en train de vous faire plonger dans un abysse sans fond, celui de votre désespérance et de votre solitude .

    Car, pouvez vous vous passez de cet homme dont vous vous décriez ? Il semblerait que non, puisque seule vous pleurez de ne pas le trouver.

    Et pourtant quel paradoxe : vous vous réclamez d’égalité, quand vous pleurez sur leurs incapacités à vous prouver leurs différences. Quelles différences me direz vous : mais voyons, chère amie, celles inhérentes à la nature, et dont vous vous réclamez avec juste raison .

    Mais alors, ne croyez vous pas que vous pourriez leurs rendre leur valeur première ,celle de tout temps qui est de devoir porter le poids d’une nécessité d’incarner la défense, la sécurité, l’assurance de la famille. La protéger des agressions extérieurs, si ce n’est de protéger un pays, tous entre eux, des attaques qui peuvent subvenir. Leur valeur première, qui ne vous en déplaise, se réclame de la première place aux yeux des autres.

    Un pays, certes c’est désuet, mais pas une société dans son sens premier : les enfants qui sont le monde de demain, et qui ne savent plus vers quel avenir se tourner. Ils oscillent vos enfants : serais-je femme, homme, homosexuel, quelle est ma définition, qu’elle est celle où le bonheur sera le mien ?

    Pas de leurre, le bonheur est bien celui qui nous mène, celui qui nous porte, celui que l’on cherche et qui s’enfuit devant nous indéfiniment, oubliant sans doute qu’équilibre et sérénité restent les vraies valeurs à chercher.

    Mais qui dit équilibre, dit de respecter que le yin et le yang existent et se respectent l’un l’autre dans leurs différences.

    Respecter que la femme ne sera jamais autre chose que celle qui a besoin de remplir son yin, fatalement vide par définition, quand l’homme lui offre ce yang dont il est doté,  le sachant protégé.

    Seule la reconnaissance de ce plus vers le moins respecte l’équilibre. Reconnaissance, dit reconnaitre que l’image de l’homme, Mesdames, est à respecter , celle de vous donner et non de réclamer, celle de son paraitre qui demande la sureté, l’assurance, la confiance, au risque sinon de perdre sa légitimité et son égo, sans lesquelles il ne pourra jamais vous offrir ce que vous attendez de lui .

    Rentrez dans ce monde sous la mer, Mesdames, pour écouter les bruits du silence qui vous diront cette vérité que vous ne voulez plus entendre, mais qui vous sauvera de détruire ce que vous désirez le plus: l’Homme dont vous avez besoin, avec ses forces et ses faiblesses entre admirations et  mansuétude, pour qu’il puisse retrouver sa dignité, son essence même et vous apporter  ce que vous attendez : le confort et la sécurité de ses bras…

    Monsieur, relevez la tête !

    MONSIEUR, MESDAMES

    A complex subject, if ever there is one, but which, in the end, gives passion to some, whilst making others suffer, and, never having before been as crucial, than in our present societies which, are going adrift by a lack of comprehension, a negation, even, of our essential differences.

    Dare I say, blankly, with the risk of making you Ladies, grouse: wake up, leave aside feminism which, certainly, had its necessary and beneficial effects but which is in the midst of making you plunge, into a bottomless abyss – your desperation and solitude.

    Because, can you really get by, without the man you decry? Apparently no because, when alone, you cry, when he is no longer around.

    And yet, what a paradox: you claim to be their equal, yet, you moan about their incapacities in proving, to you, their differences. Which differences, you may say: come, come, my dear, those inherent to nature, and which you ask for claim, quite rightly so.

    With this in mind, do you not think you could give back to them, their initial values, those having always existed which are,  to carry the charge of a necessity,  incarnating defence, secure our families, protect us from outside aggressions, or, from a country, our men, united, as one, against attacks subject to take place. Their prime values, Ladies, whether it pleases you, or not, take first place, in the eyes of others. Certainly, a country is obsolete but, not a society in its prime sense: children of tomorrow’s world, no longer know which future to turn to.

    Your children oscillate: I, – a woman, a man, homosexual?  What is my definition? If other than, the one in which my happiness belongs.

    There is no lure, happiness is truly that which takes us forward, carries us, the one we are looking for and, flees, beyond, indefinitely, forgetting, without doubt, that equilibrium and serenity remain the true values to search for.

    But, to say equilibrium, is to say, respecting that the yin and the yang exist and, both respect, each other, in their differences. Respecting that, a woman cannot be other than she who, needs to fill her yin, fatally empty by definition, when, man offers, the yang with which he is doted.

    Acknowledgment, only, of these two poles, respects equilibrium.

    Recognition means acknowledgment that, a Man’s image, Ladies, is to be respected, that of giving and not asking of, respect of his appearance in showing security, assurance and confidence and when lacking in  these, runs the risk of loosing his legitimacy, his ego, without which, he can never offer to you, what you are waiting for.

    Enter this under sea world, Ladies, listen to the sounds of silence which, tell you the truth, you no longer want to hear but, will save you from destroying what you desire the most: the Man you need with, his strengths and weaknesses, amidst admiration and lulling,

    for him to retrieve dignity, essence so he may bring to you , that you are waiting for : the comfort and security of his arms…

    Gentlemen, hold your heads high!

    Leave a Reply