RSS .92| RSS 2.0| ATOM 0.3
  • Home
  • A propos de l’auteur !
  • Press, commentaires des lecteurs.
  •  

    La continuité des contes !

    enfant tibétain, photo florence jean Bonjour les enfants,

    Doggy s’excuse et moi aussi les enfants de vous avoir laissé dans le silence. Doggy, il est toujours dans les orphelinats avec Mamilux qui a encore plein de travail,comme moi. Vous savez les enfants, il n’y a pas d’âge pour comprendre ses erreurs: c’est vrai que les adultes ils font des promesses, sans réaliser qu ‘ils ne peuvent savoir le jour où cette promesse pourra s’écrire .

    Les promesses les enfants, elles ont leur mystères, les jours qui passent aussi : personne ne sait avant si ils chantent la joie, où la fatigue, ou la maladie d’un enfant qu’il faut aider, et qui empêchent la liberté de raconter des rêves.

    Alors les enfants, cette nouvelle leçon que j’ai apprise je vous la confie, un cadeau pour cette nouvelle année : j’ai de la chance, on m’a dit qu’il n’était pas trop tard pour vous souhaiter tout plein de douceurs.

    La petite fille les enfants, elle s’est endormie dans le grenier après avoir lu le livre au petit garçon derrière le mur. Shut : elle va se réveiller bientôt, bientôt, pour continuer de vous raconter son histoire.

    Ca c’est une promesse les enfants qui n’a pas disparu, les mots existent quelque part, mais ils n’ont pas encore trouvé comment se tenir la main avec beaucoup d’amour, afin de devenir des phrases.

    Celles des belles histoires que racontent les grands pères très sages qui offrent tout ce qu’ils ont appris .

    Vous savez les enfants , en ce moment, il existe un grand-père qui vous livre son coeur, le coeur de l’espoir : il s’appelle Tihard , peut être que votre papa ou votre maman vous en a parlé.

    Ce grand père les enfants, c’est aussi votre cadeau, car il essaye très fort d’aider les adultes à ne plus se battre, comme tout ceux qui vous aiment.

    Tous ceux les enfants qui veulent que les contes puissent exister, libre des jours qui les en empêchent. Libre de vous bercer d’amour.

    A bientôt les enfants et n’oubliez pas :

    un conte se relit et relit, comme une chanson, pour que les paroles se gardent,jusqu’au bout de la vie, pour un jour les raconter à vos enfants, vos petits enfants, et devenir :

    une grande farandole qui ne s’éteint plus.

    Leave a Reply